Panier  

Aucun produit

0,00 € Expédition
Total 0,00 €

Commander

Options fr | €

Beaux-Livres

Les Bras du Séquoia, Elisabeth Henry Parienté, Michaël Serfaty

18,96 €

Textes de Elisabeth Henry Parienté, photographies de Michaël Serfaty, préface de Jonathan Parienté

C’est une maison sans albums.

Les photos surgissent parfois d’un tiroir ou tombent d’un livre, rappellent n’importe quel passé dans le désordre, celui de la vie penchée sur l’avenir.

Il faut croire que c’est plus un choix qu’une négligence ce refus d’une anthologie qui illustrerait nos parcours. Naissances, mariages, anniversaires ? Où en chercher les traces sinon dans nos mémoires personnelles ? La photo est absente et s’absentent aussi les mots qui la feraient vivre, permettraient les commentaires, les étonnements, les rires ou les mini-récits de vie. Nous nous contentons de quelques photos éparses, minuscule portion de nos vies multipliées ; voilà ce que nous avons à nous mettre sous l’œil. Ce qui demeure.

Elisabeth Henry Parienté

Les Bras du Séquoia

FF 15 cm x 21 cm

98 pages, 64 photographies couleur

Broché, couverture avec rabats

Prix : 20 €

EAN 9782369801672

ISBN 978-2-36980-167-2 

Janvier 2019

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Donner votre avis

Les Bras du Séquoia, Elisabeth Henry Parienté, Michaël Serfaty

Les Bras du Séquoia, Elisabeth Henry Parienté, Michaël Serfaty

Textes de Elisabeth Henry Parienté, photographies de Michaël Serfaty, préface de Jonathan Parienté

C’est une maison sans albums.

Les photos surgissent parfois d’un tiroir ou tombent d’un livre, rappellent n’importe quel passé dans le désordre, celui de la vie penchée sur l’avenir.

Il faut croire que c’est plus un choix qu’une négligence ce refus d’une anthologie qui illustrerait nos parcours. Naissances, mariages, anniversaires ? Où en chercher les traces sinon dans nos mémoires personnelles ? La photo est absente et s’absentent aussi les mots qui la feraient vivre, permettraient les commentaires, les étonnements, les rires ou les mini-récits de vie. Nous nous contentons de quelques photos éparses, minuscule portion de nos vies multipliées ; voilà ce que nous avons à nous mettre sous l’œil. Ce qui demeure.

Elisabeth Henry Parienté

Donner votre avis