et les pins brodaient le ciel, Bae BIEN-U
et les pins brodaient le ciel, Bae BIEN-U
et les pins brodaient le ciel, Bae BIEN-U
et les pins brodaient le ciel, Bae BIEN-U
et les pins brodaient le ciel, Bae BIEN-U
et les pins brodaient le ciel, Bae BIEN-U
et les pins brodaient le ciel, Bae BIEN-U
et les pins brodaient le ciel, Bae BIEN-U
et les pins brodaient le ciel, Bae BIEN-U
et les pins brodaient le ciel, Bae BIEN-U
et les pins brodaient le ciel, Bae BIEN-U
et les pins brodaient le ciel, Bae BIEN-U
et les pins brodaient le ciel, Bae BIEN-U
et les pins brodaient le ciel, Bae BIEN-U

et les pins brodaient le ciel, Bae BIEN-U

J’ai grandi à Yeosu, un village au bord de la côte méridionale de la péninsule coréenne où se trouvent plus de trois mille îlots qui donnent sur le Pacifique. Lors de mes séjours à l’île Sainte-Marguerite en 2016 et 2017, que ce soit par la fenêtre de ma chambre ou sur les remparts, je pouvais voir au loin les montagnes enneigées des Alpes ainsi que les plages d’Antibes et de Cannes. Cette vue sur la ville opulente depuis une tour antique marquait un contraste frappant avec la quiétude de l’île. Mon quotidien consistait en deux promenades régulières, au lever et au coucher du soleil. Les plages de Sainte-Marguerite se composent non pas de sable doux mais de rochers. Pour survivre dans cet environnement, les pins ont dû s’engager dans une bataille féroce avec la nature. Au lieu de pousser vers le haut, ils ont rampé sur la terre pendant plus d’un siècle. Les pins sur la plage sont donc courbés comme les serpents, formant un corps gigantesque. Ces pins m’ont fait ressentir le caractère sacré de la vie, mais une version différente de ce que m’ont offert les pins coréens de Gyeongju et leurs courbes souples et douces. Ancrés fermement dans le sol comme un parasol, ils ont un charme unique : une allure robuste et résistante. Quand le soleil se couchait, la mer se transformait et les pins brodaient le ciel… Prendre ce paysage en photo ne pouvait jamais m’ennuyer, car chaque jour était encore plus passionnant que le précédent.

24,64 €

 

Format 27 x 22 cm, 45 photos, 64 pages, relié, français-anglais. ISBN : 978-2-36980-139-9 EAN : 9782369801399 26 € 4ème trimestre 2018 Partenariat avec la ville de Cannes, l’Office National des Forêts et la galerie RX (Paris).

LIMITED EDITION The paper is Durico Hanji paper. Hanji is the name of paper traditionally made in Korea and traditionally handmade from the inner bark of a tree native to Korea called dak, the paper have been specially coated for high quality digital inkjet photography and fine art printing. Although this paper is not handmade, it is preserve the unique texture and patterns of traditional Hanji, It is very similar to kind of rice paper but not the same.

TIRAGES DE TÊTE : Le papier est du papier Durico Hanji. Hanji est le nom du papier traditionnellement fabriqué en Corée et traditionnellement fait à la main à partir de l'écorce interne d'un arbre originaire de Corée appelé dak, le papier a été spécialement enduit pour la photographie numérique à jet d'encre et l'impression d'art de haute qualité. Bien que ce papier ne soit pas fait à la main, il préserve la texture et les motifs uniques du Hanji traditionnel. Il est très similaire au type papier de riz.

Renseignements : editeur@arnaudbizalion.fr

Product added to wishlist
Product added to compare.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. Ces Cookies (petits fichiers texte) permettent de suivre votre navigation, actualiser votre panier, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs: http://www.cnil.fr/vos-obligations/sites-web-cookies-et-autres-traceurs/que-dit-la-loi/