Panier  

Aucun produit

0,00 € Expédition
Total 0,00 €

Commander

Options fr | €

Editeur d'art

Vélodrome, le douzième homme, Lionel Briot

30,00 €

Christian Bromberger, Laura Serani (textes)

STADE VÉLODROME, été 96. Dans les gradins du virage Sud, parmi les collègues venus comme moi soutenir notre équipe. Des milliers de personnes manifestent leurs encouragements. Ils chantent et agitent leurs bras nerveusement. Tous unis, ils sont le douzième homme, celui qui fait pencher la balance dans les moments importants. Mon regard se détourne souvent du match sur la pelouse vers les tribunes remplies de supporters. L’hystérie collective saisit le virage au moment du but. La plupart d’entre eux semblent possédés. Je suis fasciné par leurs visages. Les mêmes émotions ressenties déjà tout minot.

Le souvenir de ces dimanches après-midi où, après s’être faufilé aux guichets entre deux tontons on se retrouvait dans les populaires (anciens virages) pour taper le ballon et vibrer aux exploits des Skoblar et Magnusson.
J’éprouve le besoin de prendre des photos. Peut-être la nécessité de me forger à nouveau une identité. Comme un signe de reconnaissance, après une bonne dizaine d’années passées à explorer d’autres horizons loin de ma ville. Fier d’être marseillais, slogan incantatoire et symbole d’appartenance identitaire, l’expression ne s’exprime jamais aussi bien qu’au stade, espace sensible où les élus locaux se soucient de s’y faire voir et où les supporters y  puisent le carburant pour libérer leurs émotions. Ce lien tissé entre l’enceinte du boulevard Michelet et la ville, voilà une histoire vieille de bientôt 80 ans.
Peut-être aussi le désir d’une photographie plus physique, plus charnelle (ma pratique d’alors est très orientée vers la photographie dite de «studio») et plus apte à traduire ce que je ressens. Rentrer dans le cœur du Stade Vélodrome. Aller voir au delà du spectacle de football. Pas simple. Mon guide dans cette aventure est un supporter qui va rapidement me permettre d’éviter les pièges (à cette époque, le contexte ne se prête pas à arpenter les travées des virages l’appareil photo autour du cou) mais aussi d’éviter les images pièges, autrement dit me noyer dans les clichés type « Footix ». Il s’appelle Patrice De Peretti dit Depé, membre fondateur du Marseille Trop Puissant, un groupe de supporters du virage Nord, où règne un véritable esprit de groupe et très impliqué dans la vie sociale de leur quartier La Plaine. Sa mort soudaine en juillet 2000, le matin d’un match au Vélodrome, laisse ses proches dévastés et des milliers de marseillais orphelins de leur capo. Sa voix rauque ne résonnera plus. Peut-être la fin d’une époque dans les virages. C’est lui Depé, qui me transmet la flamme.
Cette rencontre sera le point de départ, le point d’ancrage de ce travail. Dans un premier temps, la présence d’un photographe n’est pas acceptée par tous. En les accompagnant durant quelques années à travers la France et l’Europe, je parviens peu à peu à établir la confiance avec chacun des groupes de supporters et faire partie de leur famille. Une fois sur le terrain, pas de règles pour photographier. Etre lent ou rapide, parler aux gens ou se taire, s’arrêter ou se déplacer dans la foule. Les images sont là. L’essentiel : être prêt à chaque instant dans le bruit ou le silence et trouver la juste distance pour les saisir. Et comme Depé : « Le match, je le regarde dans les yeux des miens! », je tourne le dos à la pelouse.  L.Briot - 16 Octobre 2015

 

Mise en vente : 9 juin 2016

LE DOUZIEME HOMME, Lionel Briot (photographies)

Christian Bromberger, Laura Serani (textes)

Français/Anglais

FF 240 x 220

120 pages,

53 photographies en bichromie, relié,

Reliure integra

Rayon : Photographie d'auteur

CLIL : 3694 monographie

ISBN 978-2-36980-076-7

ISBN EPUB 978-2-36980-077-4

Collection Photographie

Co-édité avec le Garage Photographie

Qu'en dit la presse :

http://www.footballclubdemarseille.fr/om-actualites/om-briot-le-velodrome-sera-bientot-rempli-de-consommateurs.html

http://www.20minutes.fr/marseille/1852387-20160525-om-photographie-supporters-avant

http://footballstories.konbini.com/entertainment/entretien-lionel-briot-virages-velodrome/

http://www.journalzibeline.fr/critique/aux-aaaaaarmes/

http://www.journalventilo.fr/lionel-briot-douzieme-homme-a-salle-machines-de-friche-belle-de-mai/

http://gerardciefi.wixsite.com/ecrire-le-sport/single-post/2016/07/28/Photos-contre-clich%C3%A9s

https://sports.vice.com/fr/article/le-douzieme-homme-six-annees-passees-dans-les-tribunes-du-velodrome

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Donner votre avis

Vélodrome, le douzième homme, Lionel Briot

Vélodrome, le douzième homme, Lionel Briot

Christian Bromberger, Laura Serani (textes)

STADE VÉLODROME, été 96. Dans les gradins du virage Sud, parmi les collègues venus comme moi soutenir notre équipe. Des milliers de personnes manifestent leurs encouragements. Ils chantent et agitent leurs bras nerveusement. Tous unis, ils sont le douzième homme, celui qui fait pencher la balance dans les moments importants. Mon regard se détourne souvent du match sur la pelouse vers les tribunes remplies de supporters. L’hystérie collective saisit le virage au moment du but. La plupart d’entre eux semblent possédés. Je suis fasciné par leurs visages. Les mêmes émotions ressenties déjà tout minot.

Donner votre avis